Bilan des Laboratoires vivants tourisme, culture, numérique en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

En janvier 2020 se clôturait les trois cellules d’innovation en culture, tourisme et numérique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Un projet de deux années initié par le Technocentre TIC, en collaboration avec le Living Lab en innovation ouverte (LLio) du Cégep de Rivière-du-Loup et Cpour.ca. L’occasion pour les organismes culturels et touristiques de la Corporation de gestion et de mise en valeur du Mont Saint-Joseph, d’Exploramer et du Festival Musique Bout du Monde de faire le bilan.

Rendre autonome des Labs vivants (ou Living Lab), tel était la prémisse de départ du projet de cellules d’innovation. Chemin faisant, l’ajout de ressources aux profils fertiles (technologique, scolaire, enfance, famille) fut déterminant pour faire avancer les réflexions et enrichir la conception de la solution.

Pour la corporation du Mont Saint-Joseph, l’arrivée de Yann Gonthier, chargé de projets au CDRIN, a permis de comprendre les divers enjeux technologiques reliés à leur projet de projection, mais également à augmenter leur connaissances et compétences sur le sujet.

«Une idée séduisante à la base : se concerter pour développer dans le cadre d’une démarche inédite et innovante. Un heureux mélange d’animation plutôt bien menée, d’échanges fort intéressants et d’idées parfois géniales, rarement mauvaises, sur de multiples post-it multicolores tapissant les murs bruns. Une expérience qui allie tant le partage que l’écoute. S’ouvrir pour mieux recevoir, quoi! En prime, un sprint créatif s’apparentant à un tourbillon de matière grise pour éclairer la bonne idée. Avec en bout de piste un projet numérique bien scénarisé, voire étoffé, qui sera un atout dans la mise en valeur du parc régional du Mont-Saint-Joseph.», Paul Lemieux, vice-président de la Corporation du mont Saint-Joseph

Pour Exploramer, la rencontre avec des enseignants et avec des travailleurs autonomes furent des points de convergence forts pour réorienter le scénario a adapter avec la clientèle scolaire.

Ainsi, le vécu expérientiel de ce projet nous permet d’apporter des pistes d’améliorations à différents niveau concernant la mise en place de cellules d’innovation en tourisme, culture et numérique : 

Pistes d’améliorations en terme d’accompagnement de cellules d’innovation

  • Un comité de soutien aux cellules d’innovation en périphérie de chacun des Labs vivants permettrait de soutenir la cellule d’innovation dans le développement de son potentiel d’innovation en favorisant l’intelligence collective du groupe, par un regard neuf et par l’établissement de liens entre la cellule d’innovation et d’autres personnes afin de favoriser une certaine hétérogénéité dans les compétences.
  • Un animateur et un designer pour animer et faciliter les échanges entre les participants et dont la posture de design est nécessaire pour l’émergence de nouveaux produits et services. 

Pistes d’améliorations en terme de constitution des cellules d’innovation humaines

  • Une personne en charge de la cellule pour faciliter la mobilisation terrain des membres et cibler, voire mobiliser, les personnes ressources, ainsi que pour assurer la logistique des rencontres de cocréation (mise à disposition de locaux et de matériels facilitant la tenue des rencontres, organisation de rassemblements informels entre les participants de la cellule).
  • Une hétérogénéité fonctionnelle encadrée permettra de rassembler une diversité de profil de compétences parmi les membres de la cellule d’innovation afin de voir au développement efficace et optimal de la solution. Ce projet de recherche-action a permis au personnel de recherche de formaliser le concept d’hétérogénéité fonctionnelle encadrée. Ce terme fait référence à la constitution des cellules. Il est apparu fondamental que le niveau d’efficacité d’une cellule d’innovation ouverte dépendait des liens des membres avec la thématique abordée (pour ce projet, il s’agit de la culture, du tourisme et du numérique) et également des compétences des membres de la cellule. Un encadrement minimal de ces profils et de ces compétences est nécessaire pour assurer une certaine efficacité dans le développement de projet.

Pistes d’améliorations en terme de processus d’innovation au sein de cellules d’innovation

  • Des rencontres avec d’autres cellules d’innovation au cours du projet peut être une piste de collaboration enrichissante et inspirer chaque cellule dans ses projets respectifs.
  • Des rencontres régulières et rapprochées au cours du projet, avec des calendriers bloqués d’avance, permettrait une progression plus fluide et plus efficace. 

Ce projet de recherche-action Laboratoire vivant tourisme, culture, numérique en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a été une première pour le Technocentre des TIC, le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup et Cpour.ca et a eu des retombées positives sur les membres des cellules.

« Je dois dire qu’après de récentes rencontres avec des entreprises qui s’intéressent à notre projet Baleines à l’école, j’ai réalisé tout l’impact qu’avait eu la cellule d’innovation et le travail fait pendant 1 an. J’ai réalisé que ma compréhension du monde numérique avait considérablement évoluée, que le travail d’idéation m’a permis d’ouvrir mes horizons et ma compréhension du processus de création.», illustre Mélanie Cantin, responsable de l’interprétation à Exploramer. 

«Une idée séduisante à la base : se concerter pour développer dans le cadre d’une démarche inédite et innovante. Un heureux mélange d’animation plutôt bien menée, d’échanges fort intéressants et d’idées parfois géniales, rarement mauvaises, sur de multiples post-it multicolores tapissant les murs bruns. Une expérience qui allie tant le partage que l’écoute. S’ouvrir pour mieux recevoir, quoi! En prime, un sprint créatif s’apparentant à un tourbillon de matière grise pour éclairer la bonne idée. Avec en bout de piste un projet numérique bien scénarisé, voire étoffé, qui sera un atout dans la mise en valeur du parc régional du Mont-Saint-Joseph.», Paul Lemieux, vice-président de la Corporation du mont Saint-Joseph

Ces observations, apprentissages et pistes d’améliorations ont été des leviers riches à réinvestir  au sein du projet des cellules de cocréation au Bas-Saint-Laurent dans le cadre du projet Exploration et Cocréation, le numérique en tourisme et culture en cours depuis l’automne 2019. Ce dernier se clôture le 24 novembre prochain au cours d’un événement en ligne. L’occasion de transférer les différents apprentissages, réflexions, outils et enjeux et forces et ainsi poursuivre cette émulation collective en matière de cellule d’innovation en culture, tourisme et numérique. 

Détails à suivre sur la Communauté Facebook technoculturelle GIM et Numérique EXPLORER COCRÉER

Catégories : Nouvelles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *